Belgique : Une contribution militaire retardée à 2016.

Belgique : Une contribution militaire retardée à 2016.

Lorsqu’il a s’agit de la mise en œuvre d’une action rapide en faveur de la résolution de la crise en Ukraine, la Belgique s’est proposée de fournir plus  d’hommes à l’OTAN en 2016.Elle s’est engagée à fournir à la « Nato Response Force (NRF) » un bataillon d’infanterie légère, une unité de forces spéciales, six chasseurs-bombardiers F-16 et deux des nouveaux hélicoptères NH90, servis par plus de 200 personnes. En mer, la participation belge prendra la forme d’un chasseur de mines avec un équipage d’une quarantaine de marins, selon une source officielle.

otan1
Créée en 2002, la NRF compte plusieurs milliers de soldats, fournis par rotations annuelles par les différents alliés. De sources concordantes, elle se déployer à bref délai n’importe où dans le monde, pourvu que les 28 pays de l’OTAN s’accordent sur son envoi.

Pour l’heure, l’urgence que présente la crise ukrainienne nécessite une action rapide de la part des alliés, notamment une intervention pouvant éviter tout risque d’embrasement. Même si l’offre du royaume belge est alléchante pour l’avenir sécuritaire de l’Europe, elle l’est moins pour le présent des Ukrainiens qui souffrent  trop de la crise que traverse leur pays depuis quelques temps déjà.

Quoi qu’il en soit, l’Europe est  en marche pour préserver la paix et la sécurité sur son espace. Elle a, de ce fait, décidé de la mise sur pied d’une « task force » à très haut degré de préparation, qualifiée de « spearhead » de la NRF. Cette unité sera opérationnelle dans deux à trois jours pour tenter d’apaiser la situation en Ukraine.

Malgré une participation retardée de la Belgique, l’Europe s’est engagée à résoudre la crise ukrainienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *