Gibraltar fait monter de nouveau la tension entre Madrid et Londres

Le torchon brûle de nouveau entre Madrid et Londres autour de la souveraineté du Rocher de Gibraltar. A l’origine de cette tension, une intervention de la garde civile espagnole, dans la nuit de mercredi à jeudi, en faveur de pêcheurs ibériques empêchés d’opérer dans les eaux de Gibraltar par les gardes côtes britanniques. Madrid durcit le ton en déclarant par la voix de son ministre de l’intérieur, Jorge Fernandez Diaz, que le gouvernement espagnol ne cèdera pas face à une interprétation inappropriée du traité d’Utrecht.

Conclu en 1713, ce vieux traité accorde à la Grande-Bretagne la pleine et entière souveraineté sur la ville et les châteaux de Gibraltar, ainsi que sur son port, sans évoquer la question des eaux territoriales du Rocher. L’exécutif espagnol, a soutenu, Jorge Fernandez Diaz, dont les propos ont tété rapportés jeudi par la presse ibérique, n’acceptera pas cette politique du fait accompli. Pour le gouvernement espagnol, il s’agit tout simplement d’une « violation de la souveraineté de l’Espagne », a-t-il dit, avertissant que son pays « ne tolérera ni intimidation ni humiliation ». Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs, précisé que cet incident sera au centre des discussions entre le chef de la diplomatie espagnole, José Manuel Garcia-Margallo et son homologue britannique, William Hague, lors d’une réunion prévue pour mardi prochain. Les deux ministres vont tenter de trouver un terrain d’entente pour mettre un terme à ces incidents qui se sont multipliés ces dernières semaines. Madrid a mal reçu l’annonce début Mai, d’une visite en juin prochain à Gibraltar, du prince Edouard, à l’occasion du 60ème anniversaire de l’intronisation de la Reine Elisabeth II d’Angleterre. L’annonce de cette visite, aurait apparemment motivé l’annulation par la reine Sofia d’Espagne de sa participation au déjeuner organisé le 18 mai dernier à l’occasion du jubilé de diamant d’Elisabeth II. Les relations diplomatiques entre Madrid et Londres ont toujours connu des hauts et des bas en raison du différend qui oppose les deux pays sur la question de souveraineté du Rocher de Gibraltar. Il paraît qu’Espagnols et Britanniques sont condamnés à cohabiter avec ce vieux conflit territorial.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.