Benkirane à Tunis pour des concertations avec son homologue Jebali

Le chef du gouvernement marocain, l’islamiste Abdelilah Benkirane, effectue à partir de ce jeudi, une visite officielle de deux jours en Tunisie à l’invitation de son homologue, Hamadi Jebali. Il s’agit de la première rencontre officielle entre les deux hommes qui s’étaient croisés en janvier dernier, lors du World Economic Forum à Davos en Suisse.

Cette visite revêt aussi une haute valeur symbolique dans la mesure où c’est la première d’un responsable marocain de haut niveau en Tunisie depuis la révolution du jasmin du 14 janvier 2011 ayant accéléré la chute du régime de l’ancien président, Zine El Abidine Ben Ali. Le chef du gouvernement marocain qui venait juste d’effectuer du 18 au 20 mai, une visite en Espagne, où il a été reçu notamment par son homologue Mariano Rajoy et par le roi Juan Carlos 1er, devrait passer en revue avec son homologue tunisien les importants sujets de coopération qui intéressent les deux pays. Ces entretiens interviennent quelques jours seulement avant la tenue de la 17ème session de la haute commission mixte Tuniso-marocaine que les deux chefs de gouvernement doivent présider le 15 juin prochain à Rabat. Benkirane est accompagné du ministre de l’Education nationale, Mohamed El Ouafa et du ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du budget, Driss Azami Al Idrissi.  Si les relations entre Rabat et Tunis ne souffrent d’aucun handicap majeur, la coopération bilatérale entre le royaume chérifien et son voisin algérien, peine encore à prendre sa vitesse de croisière en raison du dossier du Sahara Occidental. Ce conflit opposant le Maroc au Polisario soutenu par le régime algérien, pèse de tout son poids sur la normalisation des rapports entre les deux pays voisins et retarde la réouverture des frontières. Comme le souhaitait en février dernier, le président tunisien, Moncef Marzouki lors de sa première visite officielle au Maroc au cours de laquelle il avait été reçu par le roi Mohammed VI, les deux premiers ministres islamistes, Abdelilah Benkirane et Hamadi Jebali ne manqueront pas de se pencher sur les moyens de réactiver le projet de l’Union du Maghreb arabe mis en berne depuis pratiquement la fermeture de la frontière maroco-algérienne en 1994. D’autres sujets d’ordre politique et économique, seront également discutés avant d’être approfondis à la réunion de la haute commission mixte, sachant que le Maroc est l’un des principaux partenaires de la Tunisie dans la région. Les échanges commerciaux entre les deux pays ont enregistré ces dernières années une évolution notable, mais demeurent encore en deçà des attentes des opérateurs économiques des deux pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.