Nigeria : Abuja confirme l’enlèvement de 136 élèves par des hommes armés

Nigeria : Abuja confirme l’enlèvement de 136 élèves par des hommes armés

Le gouvernement de l’Etat fédéré du Niger, dans le centre-ouest du Nigeria, a  confirmé hier mercredi, sur son compte Twitter, que 136 élèves ont été enlevés par des bandits dimanche dernier, à l’école musulmane Salihu Tanko, située à Tegina. 

Dans l’après-midi de dimanche, de nombreux hommes armés sont arrivés à moto dans la localité de Tegina, où ils ont commencé à tirer, tuant un habitant et en blessant un autre, avant d’enlever les enfants. 

Un des responsables de l’école avait confié à la presse, qu’environ 200 enfants se trouvaient dans l’école au moment de l’attaque, ajoutant que certains avaient réussi à s’enfuir d’autres, âgés de 4 à 12 ans, ont été relâché par leurs ravisseurs, car ils étaient «trop petits pour marcher». 

Le Nigeria fait face à d’imenses défis sur le plan de la sécurité, notamment une rébellion djihadiste dans le Nord-Est, qui a fait plus de 40.000 morts depuis 2009. Et, dans ce contexte,  les autorités peinent à endiguer les kidnappings d’écoliers et d’étudiants. 

L’attaque de dimanche confirmée ce mercredi, est la dernière en date d’une série d’enlèvements d’écoliers ou d’étudiants ces derniers mois dans le centre et le nord-ouest du Nigeria, où depuis une décennie des bandes armées terrorisent les populations, pillant des villages, volant le bétail et pratiquant des rapts de masse contre rançon. 

Les assaillants sont d’abord motivés par l’appât du gain, même si certains bandits ont prêté allégeance à des groupes djihadistes présents dans le nord-est du Nigeria, à des centaines de kilomètres. Sans compter les écoliers kidnappés dimanche, au moins 730 enfants et adolescents avaient déjà fait l’objet d’un enlèvement depuis décembre 2020. 

La multiplication de ces enlèvements fait craindre une aggravation de la déscolarisation, particulièrement parmi les jeunes-filles, dans ces régions pauvres et rurales qui comptent déjà le taux le plus élevé d’enfants n’allant pas à l’école au Nigeria. Les autorités de nombreux Etats ont en effet pris la décision de fermer provisoirement les pensionnats face à cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *