L’opposant algérien Karim Tabou placé en garde à vue

L’opposant algérien Karim Tabou placé en garde à vue

L’opposant algérien, Karim Tabbou a été placé en garde à vue mercredi soir à Alger, suite à une plainte introduite par une autorité, a fait savoir son avocat, Me Ali Fellah Benali. 

Cet opposant algérien va comparaître aujourd’hui (jeudi) devant un procureur, toujours selon la même source.

Ce militant est célèbre dans son pays depuis le début du Hirak, mouvement de contestation du pouvoir en place qui a commencé depuis plus de deux ans. 

Ces derniers temps, la répression contre les activistes s’est intensifiée en Algérie alors que la date arrêtée par les autorités pour les élections législatives s’approche.

Ce n’est pas la première fois que Karim Tabbou a maille à partir avec le régime en place dans ce pays maghrébin : il a été détenu de septembre 2019 à juillet 2020. 

Cette fois-ci, cet opposant avait été convoqué mercredi au commissariat pour s’expliquer suite à une plainte introduite à son encontre par le président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Bouzid Lazhari. Ce dernier avait été conspué par Karim Tabbou lors des obsèques de Me Ali Yahia Abdenour, vétéran de la lutte pour les droits humains en Algérie.

Le même mercredi, Kaddour Chouicha, responsable de la Ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH) à Oran (nord-ouest), et sa femme, Jamila Loukil, journaliste et activiste, ont été interpellés alors qu’ils quittaient un tribunal après l’ajournement de leur procès en appel dans une affaire datant de l’année dernière, a indiqué le Comité national de libération des détenus (CNLD), un organisme accompagnant les prisonniers d’opinion. Ils ont finalement été relâchés en début de soirée mais sont tenus de se présenter aujourd’hui (jeudi) au commissariat central de leur ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.