Royaume-Uni : La cheffe du gouvernement de l’Irlande du Nord annonce sa démission

Royaume-Uni : La cheffe du gouvernement de l’Irlande du Nord annonce sa démission

Face à la pression de membres de son Parti unioniste démocrate (DUP), mécontents de sa gestion du Brexit, la Première ministre d’Irlande du Nord Arlene Foster a annoncé hier mercredi sa démission. 

Arlene Foster a annoncé qu’elle quitterait la tête de son parti, le DUP, fin mai, puis son poste de chef du gouvernement local à la fin juin. Cette décision ouvre une période d’incertitude politique dans la province britannique, le gouvernement local étant partagé avec les républicains depuis l’accord de paix qui a mis fin en 1998 à trois décennies de violences. 

Mardi, une majorité d’élus du DUP ont signé une lettre demandant un vote de confiance à l’encontre d’Arlene Foster, 50 ans et partisane convaincue de l’union sa province avec la couronne britannique, sur fond de mécontentement concernant son leadership, dont une gestion considérée comme catastrophique des négociations sur le Brexit. 

Le DUP a joué un rôle clé pendant les négociations sur le Brexit, assurant une fragile majorité au gouvernement de Theresa May, ce qui lui avait permis de peser sur les négociations avec Bruxelles, le parti se prononçant pour une séparation claire et nette avec l’Union européenne, et bloquant ainsi pendant longtemps les négociations sur la sortie du Royaume-Uni. 

Cette position centrale a été retournée par la victoire écrasante des conservateurs de Boris Johnson aux législatives de 2019. Et Arlene Foster n’a pas réussi à empêcher la mise en place de contrôles douaniers entre l’Irlande du Nord et l’île de Grande-Bretagne prévue par l’accord du Brexit et qui crée en mer d’Irlande une frontière douanière pour éviter le retour d’une séparation entre la province et la République d’Irlande, membre de l’Union européenne. 

Ces barrières commerciales entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni ont provoqué des pénuries de biens dans certains supermarchés et l’arrêt des livraisons de plusieurs compagnies britanniques. 

Le report de l’essentiel des contrôles décidé unilatéralement par Londres n’a pas empêché la colère des unionistes, provoquant de violentes émeutes début avril. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.