Libye : Réouverture la semaine prochaine de l’ambassade de France à Tripoli

Libye : Réouverture la semaine prochaine de l’ambassade de France à Tripoli

A l’issue de sa rencontre avec le président du Conseil présidentiel libyen Mohammed el-Menfi ce mardi à l’Elysée, le président français Emmanuel Macron a annoncé la réouverture lundi prochain de l’ambassade de la France à Tripoli. 

Le chef de l’Etat français a ajouté qu’il entendait travailler avec les partenaires de son pays pour défendre la souveraineté libyenne. Il a également appelé les forces de pays étrangers, notamment russes et turques, à quitter le pays, bien que Moscou affirme qu’elles n’y sont pas présentes. 

D’autres pays, comme Malte et l’Egypte, ont récemment annoncé, à la faveur de l’embellie politique en Libye, qu’ils allaient rouvrir prochainement leur ambassade à Tripoli. 

La représentation diplomatique française à Tripoli a été fermée en 2014, en raison de la dégradation de la situation sécuritaire dans le pays, mais elle est toujours restée active, délocalisée en Tunisie. 

En Libye, en proie à une crise politique depuis la mort de Mouammar Kadhafi en 2011 dont le régime a été renversé par son peuple après une intervention militaire occidentale, la confrontation s’est poursuivie entre les deux camps qui se disputaient le pouvoir, à savoir le gouvernement d’union nationale (GNA), basé à Tripoli et l’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée par le maréchal Khalifa Haftar dans la partie est du pays. 

L’annonce d’Emmanuel Macron intervient après la décision du gouvernement parallèle situé dans l’Est de la Libye, non reconnu par la communauté internationale, de remettre officiellement ce mardi, le pouvoir au nouvel exécutif unifié d’Abdelhamid Dbeibah, lors d’une cérémonie à Benghazi. 

Le nouvel exécutif libyen, constitué du gouvernement Dbeibah et d’un conseil présidentiel et qui doit permettre de clore le chapitre sanglant des divisions, est né d’un processus onusien mis sur orbite en février à Genève avant un vote de confiance « historique » du Parlement ce début de mois, une confiance que le GNA n’a jamais obtenue. Il doit mener la transition en Libye jusqu’à des élections nationales prévues le 24 décembre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.