Royaume-Uni : Un homme blesse 3 personnes à Londres, avant d’être battu

Royaume-Uni : Un homme blesse 3 personnes à Londres, avant d’être battu

Un homme a été abattu hier dimanche par la police métropolitaine à Londres, dans un quartier du sud de la capitale britannique, après avoir blessé trois personnes à l’aide d’une arme blanche.

Les autorités londoniennes ont rapidement qualifié l’incident comme une «attaque terroriste». 

Vers 14h, heure locale, un homme, muni d’une arme blanche, une machette selon des témoins, a frappé plusieurs passants, dans la rue commerçante Streatham High Road, située dans le quartier du même nom, au sud de Londres. Rapidement intervenue sur les lieux, la police a fait feu à trois reprises, sur l’agresseur qui a été finalement abattu. 

Deux personnes ont été poignardées par l’assaillant et une troisième a été légèrement blessée par des éclats de verre. Les trois victimes, deux femmes et un homme, ont toute été transportées à l’hôpital. L’homme est le plus sévèrement touché et son pronostic est engagé. 

Un dispositif a été découvert, scotché sur le corps du suspect, obligeant à établir un périmètre de sécurité, mais l’engin s’est révélé factice. La députée de la circonscription Bell Ribeiro-Addy a précisé à la télévision britannique que « la police surveillait l’assaillant depuis un certain temps », sans plus de détails. 

Dans un communiqué, la Metropolitan Police a précisé que l’attaque est de «nature islamiste». Selon la presse britannique, le suspect se nomme Sudesh Amman. Il avait été condamné pour diffusion de propagande islamiste et collecte d’informations susceptibles de servir à la préparation d’une attaque. 

D’après le Guardian, il avait reconnu 13 délits terroristes et avait été condamné en 2018, lorsqu’il était âgé de 18 ans, après avoir notamment partagé dans un groupe familial sur la messagerie Whatsapp un magazine lié à Al-Qaïda. Selon Sky News, il a été libéré en janvier, après avoir purgé la moitié de sa peine de trois ans de prison. 

Depuis la dernière attaque terroriste au Royaume-Uni le 30 novembre dernier, quand un homme avait tué deux personnes et en avait blessé trois autres à l’arme blanche sur le pont de London Bridge, dans le centre de Londres, avant d’être abattu par la police, le gouvernement de Boris Johnson a annoncé des mesures aggravant les peines pour les auteurs d’actes terroristes et interdisant leur libération anticipée. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.