Les retombés économiques de l’organisation par la France de la Coupe mondiale de Rugby en 2023

Les retombés économiques de l’organisation par la France de la Coupe mondiale de Rugby en 2023

A la surprise générale, la France s’est vue attribuer l’organisation de la coupe du Monde de Rugby en 2023, ce qui induit des retombées économiques conséquentes dans divers domaines pour l’Hexagone.

Le cabinet Deloitte estime à 1,4 milliards d’euros les retombées de l’organisation de cette compétition, avec en plus 17.000 emplois préservés ou créés. Mais cette étude est évidemment à prendre avec des pincettes.

Les supporters attendus pour l’occasion devraient en même temps réduire le nombre de touristes qui souhaiteront justement éviter la foule. Ensuite, dans ce genre d’études, les coûts comme la sécurité ont toujours tendance à être minimisés.

Qu’à cela ne tienne, toutes les compétitions sportives qui se suivent, l’Euro de Football l’an dernier, la Coupe du Monde de Football féminin l’année prochaine, la Coupe du Monde de Rugby en 2023 et les Jeux Olympiques en 2024 dynamisent la France et son image.

La victoire à la France pour l’organisation de la Coupe du Monde de Rugby était pour le moins inattendue. Il y a 15 jours seulement, un rapport technique indépendant de la World Rugby préconisait de choisir l’Afrique du Sud. Mais la France a réagi avec une campagne agressive auprès des autres fédérations qui devaient voter.

Malgré la situation sécuritaire tendue dans le pays, la France avait de nombreux arguments à faire valoir. L’Euro de football l’an dernier s’était parfaitement déroulé, sans incident sécuritaire majeur.

La France peut se targuer sur le plan logistique d’avoir des stades impeccables et totalement aux normes avec en l’occurrence neuf villes organisatrices. La candidature française permettra par ailleurs, à la Fédération internationale de récupérer deux fois plus d’argent qu’avec l’Afrique du Sud.

La France s’est engagée à reverser de manière ferme et irrévocable 407 millions d’euros, 171 millions pour s’acquitter des droits d’organisation et 236 millions correspondant aux engagements en matière de frais d’organisation du tournoi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.