Luxembourg : Les salariés menacés par le taux de risque de pauvreté

Luxembourg : Les salariés menacés par le taux de risque de pauvreté

teaserbreitD’après une étude récemment menée par la Chambre des salariés, le risque de pauvreté des salariés du Luxembourg est plus important que celui de l’ensemble des Etats membres de l’Union Européenne Pourtant, le Grand-duché est considéré, de manière générale, comme un pays au niveau de vie élevé.

A en croire l’étude de la Chambre des salariés, le Luxembourg figure parmi les pays exposés au risque de pauvreté. Pour preuve, ce risque a évolué entre 2009 et 2013, passant respectivement de 14,9 % à 15,5 %. Encore plus, il a bondi en une décennie,(2003 à 2013) de

41 % au Grand-duché. A dater de 2009, le Luxembourg est détenteur du plus important taux de risque de pauvreté des salariés parmi les Etats membres de l’UE .Il arrivait devant la Grèce, l’Italie ou l’Espace, l’ensemble de ces pays traversant des crise. Le taux de risque de pauvreté des salariés au Grand-duché dépasse celui de leurs homologues en France de 28 % et, en Allemagne, de 49 %. Comparativement aux salariés belges, ceux du Luxembourg sont trois fois plus exposés au risque de pauvreté.

Selon l’entendement de ce concept au Luxembourg, le risque de pauvreté devient important si un salarié est membre d’un ménage dont le revenu équivaut à moins de 60 % du revenu médian. Sur base de cette définition, un salarié sur dix au Luxembourg est exposé à ce risque. A ce propos, le Grand-duché détient l’une des plus importantes différences entre salaire mensuel minimum (1923 euros–2307 dollars) et salaire mensuel médian (4 000 euros–4 800 dollars) à l’échelle européenne. D’où, l’importance du taux de risque de pauvreté par rapport aux autres Etats membres de l’UE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.