Crash en Ukraine : Pressions exercées sur Poutine

Crash en Ukraine : Pressions exercées sur Poutine

Les Etats-Unis ont affirmé dimanche, à partir d’un enregistrement entre deux chefs rebelles connus, posséder la preuve de la responsabilité des séparatistes prorusses dans le crash de l’appareil de la Malaysia Airlines dans l’est de l’Ukraine. L’enregistrement de l’échange entre les deux chefs rebelles, qui aurait été authentifié par des analystes de la communauté du renseignement selon l’ambassade des Etats-Unis à Kiev, est le fait des services de sécurité ukrainiens.

dutch-prime-minister-mark-rutte
L’un des deux chefs rebelles y déclare : « Ce sont les gars du check-point Tchernoukhine qui ont abattu l’avion. Il s’est désintégré dans l’air ». Les Etats-Unis soutiennent que le vol MH17 a été abattu par un missile sol-air SA-11 tiré depuis le territoire contrôlé par les séparatistes dans l’est de l’Ukraine. Ce missile ferait partie d’un système qui a été transféré de Russie et remis aux mains des séparatistes prorusses en Ukraine.

Sur le terrain, l’enquête piétine du fait des difficultés des enquêteurs internationaux à accéder sur les lieux du drame. Les Pays-Bas, d’où sont originaires la plupart des victimes du crash, sont en première ligne dans la vague de protestations dirigées directement vers la Russie. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a fait de la récupération et du rapatriement des victimes sa première priorité. Un accord aurait été trouvé pour les corps et les restes des victimes soient correctement collectés, dans des véhicules réfrigérés, et transportés à Donetsk, sous la supervision d’observateurs de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).

Ce pays a déjà dépêché des experts médico-légaux qui attendent de pouvoir faire leur travail. Dimanche, à travers un communiqué, le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre britannique David Cameron ont exigé à Vladimir Poutine d’obtenir des séparatistes ukrainiens le « libre et total accès » à la zone de crash.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.