Fermeture d’Imperial Tobacco de Nantes

Fermeture d’Imperial Tobacco de Nantes

 SeitaSeita, filiale d’Imperial Tobacco, a annoncé  mardi la fermeture de l’usine nantaise de Carquefou, dans la Loire-Atlantique, qui a produit en 2013 plus de 12 milliards de cigarettes. En plus de la portée sociale de cette mesure touchant près du tiers des effectifs de la compagnie, la nouvelle est un coup dur puisque le produit phare de la société, la Gauloise, sera désormais fabriqué à l’étranger.
Au total 424 postes sont supprimés, ce qui, en tenant compte des postes vacants, affecte 366 salariés. Selon des sources syndicales, l’usine de Nottingham, en Grande-Bretagne, devrait également fermer. La direction a dans le même temps, annoncé la création de 130 emplois en Pologne.
La direction de Seita, qui affirme que ses résultats ont baissé de 25% ces trois dernières années,justifie ces mesures par le contexte défavorable marqué par un important ralentissement de la demande de tabac, l’accroissement de la pression réglementaire et l’explosion de la contrebande et de la contrefaçon.
Les usines de Nantes et de Nottingham dont la fermeture est annoncée ne produisent  actuellement qu’à 50% de leurs capacités. Quatrième producteur de cigarettes mondial, Imperial Tobacco avait annoncé en février dernier un recul de 6% de son résultat net et un plan d’économies de plus de 500 millions de dollars.
Le syndicat de Seita en a appelé aux autorités françaises, demandant à être reçus par le Premier ministre Manuel Valls et les ministres de l’Economie Arnaud Montebourg et des Finances Michel Sapin.
C’est un nouveau coup dur pour Seita. Lors de son rachat, le groupe britannique Imperial Tobacco avait déjà supprimé un millier d’emplois, soit la moitié des effectifs et fermé des sites à Metz et à Strasbourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.