Démission du chef de l’armée tunisienne

L’armée tunisienne cherche un nouveau chef.
Le général Rachid Ammar qui était à la tête de l’état-major interarmes a jeté l’éponge, officiellement pour des raisons d’âge.
« J’ai demandé à bénéficier de mon droit à la retraite, ayant atteint l’âge limite. Je l’ai demandé samedi au président (de la République) et il a accepté mon départ », a expliqué lundi le général Ammar, 65 ans, dans une émission de télévision en direct.
Le général Ammar aurait même décliné le poste de ministre de la défense qui lui a été proposé par le chef du gouvernement, Ali Larayedh.
La démission du chef d’état-major intervient alors que la Tunisie est relativement déstabilisée par les tensions entre le gouvernement et les Salafistes et l’intrusion du côté algérien, d’éléments armés affiliés aux franchises d’Al Qaïda au Maghreb.
Des éléments armés s’infiltrent régulièrement en territoire tunisien avant d’être pourchassés par l’armée tunisienne qui peine à sécuriser ses frontières et ce depuis la fin de la révolte du printemps arabe.
Certains partis politiques qui reprochent à l’armée son incapacité à neutraliser les intrus, exigeaient la démission de son Chef d’état-major.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.