Silvio Berlusconi condamné à sept ans dans l’affaire Rubygate

L’ancien chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a été condamné lundi après-midi dans le procès Rubygate, à sept ans de prison ferme pour abus de pouvoir et prostitution de mineure. Les juges milanais lui ont également infligé une interdiction à vie, d’exercer toute fonction publique. Dans son réquisitoire, le parquet du tribunal de première instance de Milan, réclamait six ans de réclusion.
Les faits remontent au printemps 2010, lorsque des soirées bien arrosées étaient organisées à Arcore, près de Milan, dans l’une des somptueuses villas de Berlusconi, 76 ans, alors Chef du gouvernement italien.
A ces fameuses soirées « bunga-bunga », étaient invitées de belles jeunes filles, dont, la jeune Marocaine Karima El Mahroug, surnommée « Ruby la voleuse de cœurs », bien que celle-ci était encore mineure et n’avait que 17 ans à l’époque. Berlusconi qui continue à clamer son innocence, assure que Karima aurait menti sur son vrai âge lorsqu’à 17 ans, elle était venue participer aux soirées débridées dans sa villa d’Arcore.
Mais, les trois juges en charge du dossier, n’ont pas cru un mot de la version des faits de Silvio Berlusconi et de ses défenseurs.
Pour eux, Berlusconi aurait aggravé son cas, en usant de son pouvoir de Premier ministre pour ordonner la relaxation de Ruby interpellée à Milan, pour un larcin.
L’ancien chef du gouvernement n’a pas grader son sang froid en déclarant que ce verdict reflète non « seulement une page de justice déficiente » mais aussi « une offense à tous les Italiens qui ont cru en moi et qui ont confiance en mon engagement pour le pays ».
Il Cavaliere n’entend pas baisser les bras, puisqu’il a déjà annoncé son intention d’interjeter appel.
Depuis son entrée en politique en 1994, l’homme le plus riche d’Italie avait été condamné à un total de six ans et cinq mois de prison ferme (pour corruption, faux en bilan et financement illicite d’un parti politique). Mais il n’a jamais purgé ces peines. Il a toujours pu bénéficier soit d’un acquittement soit de la prescription.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.