Le report du Sommet UPM, «Un signal politique négatif »

Une deuxième tentative pour réunir le Sommet de l’Union pour la Méditerranée (UPM) a de nouveau échoué, six mois après une première tentative. La France (co-présidente de l’UPM, avec l’Égypte) et l’Espagne (future co-présidente) ont dû se résoudre, lundi 15 novembre, à annoncer l’annulation du Sommet de l’UPM. Mais ce que regrettent le plus les promoteurs de ce projet, cher au président français, Nicolas Sarkozy, c’est que le deuxième sommet qui devait fixer le fonctionnement de l’institution, est reporté sine die. Aucune autre date pour sa tenue n’est envisagée pour l’instant.

Le Président du Parlement européen, le député polonais, Jerzy Buzek a exprimé sa déception à la suite de l’annonce de l’annulation du deuxième sommet de l’UPM qui était prévue le 21 novembre à Barcelone, où se trouve le siège du Secrétariat général de l’UPM. Tout en regrettant profondément cette décision, Jerzy Buzek a affirmé dans son Blog que l’annulation du sommet de Barcelone envoie un signal politique négatif à propos du Partenariat euro-méditerranéen. Pour le moment, relève le président du parlement UE, le véritable dialogue institutionnel euro-méditerranéen n’existe qu’au niveau parlementaire. Les conflits du Proche-Orient et du Sahara Occidental handicapent fortement les relations politiques entre les deux rives. Il ne faut «surtout pas baisser les bras face aux difficultés», rétorque de son côté, Vincent Peillon, chargé du suivi de l’UPM par la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen. Affirmant que le rapprochement des deux rives de la Méditerranée n’est pas une option, le député européen prévient dan son Blog, que le repli sur soi serait une faute politique lourde car, si le Sud a besoin de l’Europe, celle-ci a tout autant besoin du Sud. Pour le député français (PS) au parlement européen, il s’agit tout d’abord d’« un échec retentissant pour la diplomatie du Président Sarkozy » qui, mêlant précipitation et inconstance, a réussi « à abimer une bonne idée ». Mais, il s’agit aussi selon Vincent Peillon, d’un « revers pour l’Europe, incapable de parler d’une seule voix et de mettre les moyens à la hauteur de ses ambitions ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.