Pourquoi un journal de Seïf al-Islam kadhafi a été suspendu ?

Une sanction ou une simple comédie pour masquer les préparatifs de la succession à la tête de la Grande Jamahiriya libyenne. Les hautes autorités libyennes ont annoncé ce jeudi, la suspension du journal Oea, dans sa version papier. Mais, la publication n’appartient pas à n’importe qui, son propriétaire n’est autre que Seïf al-Islam, un des huit fils du colonel Mouammar Kadhafi, et l’un des successeurs les plus pressentis pour succéder à l’inamovible guide de la révolution.

Les auteurs de la suspension incriminent le journal Oea d’avoir publié la semaine dernière, un article dans lequel des suggestions sont faites au colonel Kadhafi de confier certains postes clés à ses compagnons de la révolution pour désinfecter le pays de la corruption, du clientélisme et du népotisme. La décision de suspension a été prise par le Secrétaire du comité populaire général de la Jamahiriya arabe libyenne, Al-Baghdadi Ali Al-Mahmoudi. Elle a été révélée au public à travers la version électronique du même journal Oea. L’hebdomadaire Oea qui emploie une soixantaine de journalistes et techniciens, avait déjà été suspendu en janvier dernier, pour avoir publié, en exclusivité, la nomination de Mohamed Zouri, Secrétaire du congrès général du peuple (Parlement), avant que l’information ne soit rendue publique officiellement. Il a réapparu dans les kiosques, le premier juillet dernier. Cette fois-ci, le journal est suspendu pour avoir publié un article dans lequel l’auteur a indirectement suggéré au colonel Kadhafi de faire appel à son compagnon de route Abdessalem Jaloud, pour occuper le comité populaire général (chef du gouvernement), compte tenu de sa longue expérience à la tête des institutions de l’Etat. Il fait également l’éloge de figures politiques très connues dans le pays comme le colonel Mustapha Kharoubi, en le postulant au poste de secrétariat du congrès général du peuple (parlement), le colonel Khouildi Al-Hamidi, qui mérite d’être nommé à la tête de l’appareil sécuritaire et Aboubaker Youness, qui devrait être propulsé à la tête du comité permanent de la défense (ministère de la Défense). Des personnalités qui ont beaucoup de sympathie et s’entendent mieux avec Seïf Al-Islam qui cherche à forcer la main à son père pour les placer dans des postes qu’il juge stratégiques pour sa succession au pouvoir. Le jeune Seïf Al-Islam Kadhafi qui voyage beaucoup en Europe et qui a longtemps séjourné eu Italie, connait bien l’impact des médias sur l’opinion publique. Il a donc constitué sa propre force de frappe. Outre les publications Oea (à Tripoli) et Cyrène (à Benghazi), lancés en 2007, Seïf Al-Islam possède aussi le groupe Al-Ghad (Demain), qui comprend le journal Quryna, Libya Press et la Chaîne TV Al-Moutawasset (Méditerranée), qui émet à partir de Londres, ainsi qu’une dizaine de sites Internet, tous mobilisés à son service.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.