La BEI veut s’impliquer plus en Méditerranée

La BEI veut s’impliquer plus en MéditerranéeAlors que tous les spécialistes de la zone Euromed s’accordent sur le besoin urgent de mettre en place une banque méditerranéenne , seule à même de relancer le projet français d’Union pour la Méditerranée (UpM), la Banque Européenne d’Investissements (BEI avec siège à Luxembourg) semble se positionner de plus en plus sur ce sujet, faisant ainsi barrage aux velléités de création d ‘une structure de financement ad-hoc, qui viendrait-certainement-rogner sur le périmètre de la BEI. A la manœuvre,

l’on retrouve l’énarque vice-président de la BEI, Philippe de Fontaine Vive, qui préside la filiale de la BEI la plus active en mare-nostrum, la FEMIP (Facilité euro-méditerranéenne d’investissement et de partenariat), qui regroupe, selon le site web officiel de la banque « l’ensemble des instruments d’intervention de la BEI en faveur du développement économique et de l’intégration des pays partenaires méditerranéens ». Instrument incontournable en Méditerranée, la FEMIP a réussi à se forger une certaine popularité auprès des institutionnels régionaux, ajoutée à un réseau d‘amitiés solides tissé par De Fontaine-Vive. Ce dernier serait malgré tout donné partant de la Banque, après une candidature ratée à la tête de l’AFD (Agence Française de Développement), où il a été coiffé sur le fil par l’entregent de Dov Zerah, De Fontaine Vive voudrait se consacrer à son vrai rêve, sa candidature à la mairie de Marseille. Néanmoins, malgré ses efforts, il semblerait que le vice Président de la BEI soit appelé, sous la pression « amicale » de l’Elysée, à prendre les rênes d’une structure de financement de projets méditerranéens, qui viendrait le consoler de son chagrin phocéen. Autre prétendant à la présidence d’une telle structure, l’ambassadeur jordanien Ahmed Masa-Deh, qui s’ennuierait ferme à Barcelone où il dirige le secrétariat général de l’UpM, dont al principale activité consiste à courir les séminaires « méditerranophiles » pour y prêcher la bonne parole.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.