Israël : Un mort et trois blessés dans une attaque armée dans la Vieille cité d’Al Qods occupé

Israël : Un mort et trois blessés dans une attaque armée dans la Vieille cité d’Al Qods occupé

Les autorités israéliennes ont annoncé qu’une personne a été tuée et trois autres blessées hier dimanche matin lors d’une rare attaque à l’arme à feu menée par un Palestinien présumé membre du Hamas dans la Vieille Ville d’Al Qods occupé (Jérusalem), dans le secteur palestinien annexé par Israël. L’assaillant a été neutralisé par la police israélienne. 

La police a indiqué qu’un homme âgé de 42 ans, a ouvert le feu dans la Vieille Ville de Jérusalem vers 9 heures locales (7 heures GMT) et que deux civils, des juifs orthodoxes se rendant au mur des lamentations, ont été grièvement blessés et deux policiers légèrement blessés. L’hôpital Hadassah de Jérusalem, qui a accueilli des blessés de l’attaque, a indiqué qu’une personne dans la trentaine avait succombé à ses blessures. 

Le ministre israélien de la Sécurité publique, Omer Bar-Lev a déclaré à la télévision publique que l’assaillant était un Palestinien, «membre du Hamas», habitant du quartier de Shuafat, à Jérusalem-Est. 

La direction du Hamas a confirmé dans un communiqué que l’assaillant, présenté comme Fadi Abou Chkhaydem, était bien un membre du mouvement palestinien, sans toutefois revendiquer directement cette attaque qui intervient six mois, jour pour jour après la fin de la dernière guerre entre Israël et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, une enclave palestinienne placée sous un strict blocus israélien. 

Quelque 200.000 Israéliens vivent à Jérusalem-Est, secteur oriental de la ville sainte d’Al Qods occupée par Israël, où habitent également 300.000 Palestiniens. La Vieille Ville de Jérusalem est souvent le théâtre d’attaques aux armes blanches menées par des Palestiniens contre les forces de sécurité israéliennes, mais rarement d’attaques aux armes à feu. 

Après l’attaque d’hier dimanche, le Premier ministre israélien Naftali Bennett a appelé la population et les policiers à faire preuve de «vigilance» à l’approche des fêtes juives de Hanouka, célébrées à partir du 28 novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.