Venezuela : Caracas rompt les discussions avec l’opposition

Venezuela : Caracas rompt les discussions avec l’opposition

Le Venezuela a annoncé ce week-end qu’il suspendrait les négociations avec l’opposition après l’extradition samedi d’un membre de son équipe du Cap-Vert vers les Etats-Unis, qui l’accusent notamment de blanchiment d’argent. 

Le ministère américain de la Justice a précisé dans un communiqué qu’Alex Saab est censé « faire sa première audition judiciaire ce lundi » devant un tribunal de Floride, confirmant son extradition. 

Caracas a nommé Alex Saab, un homme d’affaires colombien de 49 ans, comme membre de l’équipe de négociation dans les pourparlers avec l’opposition au Mexique neutre. Ce dernier, qui a également la nationalité vénézuélienne et un passeport diplomatique vénézuélien, a été inculpé en juillet 2019 à Miami pour blanchiment d’argent et a été arrêté lors d’une escale d’avion au Cap-Vert, au large de l’Afrique de l’Ouest en juin 2020. 

Alex Saab et son partenaire Alvaro Pulido sont accusés aux Etats-Unis d’être à la tête d’un vaste réseau ayant permis au dirigeant socialiste Nicolas Maduro et à son régime de détourner à leur profit de l’aide alimentaire à destination du Venezuela. Ils sont soupçonnés d’avoir transféré quelque 350 millions de dollars de Venezuela vers des comptes qu’ils contrôlaient aux Etats-Unis et dans d’autres pays. 

Pouvoir et opposition ont entamé des négociations depuis août. Le pouvoir en place souhaite une suspension des sanctions imposées par les pays qui ne reconnaissent pas l’élection du président Maduro. De l’autre côté, l’opposition, qui a rompu avec sa stratégie de boycott (présidentielle 2018 et législatives 2020), veut des élections libres et transparentes en vue du scrutin régional du 21 novembre, mais surtout de la présidentielle de 2024.

Les pourparlers devaient reprendre dimanche. Le chef de l’opposition Juan Guaido a condamné la décision des autorités vénézuéliennes et insisté sur le fait qu’il continuerait à travailler pour trouver une solution à la crise du pays. La décision de suspendre les pourparlers ajoutera une pression supplémentaire à une situation politique déjà difficile au Venezuela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.