La circulation du variant Delta en Algérie donne lieu à un business de l’oxygène

La circulation du variant Delta en Algérie donne lieu à un business de l’oxygène

La circulation du variant Delta du coronavirus a entraîné une hausse des infections et, par ricochet, une pénurie des bouteilles d’oxygène en Algérie, où un bon nombre de spéculateurs profitent de cette situation pour se faire de l’argent en louant ou en vendant des bouteilles et concentrateurs d’oxygène à des prix exorbitants.

Les bouteilles d’oxygène valent près de 30.000 dinars algériens (22 dollars) au niveau des centrales qui en assurent la production. Mais elles peuvent être revendues jusqu’à 6 fois leur coût initial. Ce trafic gagne en importance au fur et à mesure que flambe le nombre de cas de Covid-19 admis en réanimation et des décès dus à cette maladie.

Les réseaux sociaux sont remplis d’appels à l’aide : des messages du type «besoin en urgence d’oxygène pour mon père atteint de Covid-19» ou «svp, svp, ma mère a besoin d’un respirateur, ses poumons saturent … Elle va mourir» sont devenus monnaie courante. 

Ainsi, les spéculateurs ne quittent plus les écrans de leurs PC ou de leurs portables. Certains partagent même leurs coordonnées téléphoniques sur la toile pour vendre les produits sollicités et proposent des bouteilles d’oxygène de différents volumes, allant de 5 à plus de 15 litres. 

D’après Nabil Mouhoub, un membre d’une association accompagnant les personnes qui cherchent de l’oxygène pour leurs proches à Alger, une bouteille d’oxygène de 10 litres valant initialement 30.000 dinars algériens (22 dollars) a été revendue à 150.000 dinars algériens (110 dollars). Dans la foulée, cet activiste a dénoncé l’insensibilité des spéculateurs et la passivité des autorités du pays devant ce fléau.

Comme solution, le président de cet organisme de la société civile propose « d’acquérir des concentrateurs d’oxygène pour ne pas avoir à trimbaler des bouteilles et chercher où les remplir». Présentement, un concentrateur de 10 litres vaut 500.000 dinars algériens (370 dollars) dans ce pays maghrébin.

Dans le même ordre d’idées, les centres hospitaliers algériens devraient être équipés de générateurs d’oxygène qui coûtent 1.100 dollars la pièce en Chine, a suggéré la même association.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.