Algérie-Pénurie d’eau : L’armée réprime violemment des manifestants à Tinzaouatine

Algérie-Pénurie d’eau : L’armée réprime violemment des manifestants à Tinzaouatine

La situation a dégénéré ce lundi 15 juin dans la localité d’Ikhraben, limitrophe de la Commune de Tinzaouatine à l’extrême sud de l’Algérie, où au moins un manifestant a été tué et plusieurs autres grièvement blessés par les tirs de balles réelles et en caoutchouc lors d’une intervention musclée des forces antiémeute, alors que les habitants civils protestaient contre le manque d’eau dans la région.

Ce genre de protestations est récurrent dans cette région désertique située à la frontière sud avec le Mali, où le mécontentement de la population locale est monté d’un cran depuis que les autorités ont érigé une barrière en fil barbelé isolant les habitants d’un oued qui constituait leur unique source d’approvisionnement en eau.

Si les témoignages vidéo qui circulent sur les réseaux sociaux, évoquent un à trois morts et une dizaine de blessés graves parmi les manifestants ciblés par des coups de feu, le ministère algérien de la défense nationale (MDN), a une toute version des faits.

Le MDN a émis un démenti concernant la «supposée implication» de l’armée «dans un événement ayant conduit à un échange de coups de feu» avant de l’attribuer à des individus impliqués dans divers trafics dont celui de la drogue et dont la barrière en fil barbelé dérange leurs activités. 

Le ministre de la défense qui a confirmé la mort d’une personne par balle, a précisé dans son communiqué, qu’il s’agit de «personnes connues par leurs activités suspectes dans la contrebande et le crime organisé, visant à détériorer le mur de sécurisation, en appelant les habitants à la violence et à la manifestation, dans une manœuvre visant à libérer l’étreinte sur leurs intérêts dans la région». 

Reste à savoir si cette sortie du ministère de la défense va calmer ou non les esprits dans cette région de la wilaya de Tamanrasset qui à l’instar d’autres régions du pays, connait souvent des pénuries d’eau à cause de l’absence de grands barrages et du déficit de la pluviométrie.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.