Kinshasa rompt sa coopération militaire avec la Belgique

Kinshasa rompt sa coopération militaire avec la Belgique

Le gouvernement du Congo Kinshasa a décidé de suspendre sa coopération militaire avec la Belgique, a annoncé jeudi, la porte-parole du ministère belge de la Défense, Laurence Mortier.

La décision de Kinshasa intervient en réaction à la critique formulée la semaine dernière par le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders au sujet de la nomination de l’opposant Bruno Tshibala au poste de Premier ministre de la République Démocratique du Congo (RDC).

«Notre attaché de Défense à Kinshasa a reçu un courrier nous informant de la suspension de notre coopération», a confié Mme Mortier à la presse. Cette information a été confirmée par une source militaire congolaise s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

«Nous sommes en train de faire un inventaire de ce que cette coopération recouvrait», a ajouté la porte-parole du ministère belge de la Défense, sans plus de commentaires.

La coopération militaire entre la Belgique et la RDC avait été interrompue en 1997, à l’arrivée au pouvoir de Laurent-Désiré Kabila. Mais, peu de temps après l’accession à la magistrature suprême de Joseph Kabila, en 2001, cette coopération avait été rétablie.

A noter que cette coopération porte essentiellement sur la formation des soldats congolais. Ainsi, les militaires belges avaient formé deux brigades d’interventions rapides de la RDC, qui avaient été mises à contribution contre la rébellion Enyele, dans l’Equateur, au début des années 2010.

Les mêmes brigades s’étaient également illustrées contre l’insurrection du Mouvement du 23 mars (M23) au Nord-Kivu, en 2012 et 2013. A l’heure actuelle, les troupes belges accompagnent encore les soldats congolais sur le terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.