L’Egypte cherche d’autres fournisseurs pétroliers après la suspension des livraisons saoudiennes

L’Egypte cherche d’autres fournisseurs pétroliers après la suspension des livraisons saoudiennes

aramco_0Le gouvernement égyptien a annoncé mardi, avoir lancé des appels d’offre pour sa fourniture en produits pétroliers à la suite de la suspension par la compagnie saoudienne Aramco, de la livraison de 700.000 tonnes de produits pétroliers.

Les autorités égyptiennes ont été prises de court par la décision inattendue d’Aramco. Pourtant, l’Arabie saoudite fait partie des principaux alliés de l’Egypte d’Abdel Fattah Al-Sissi.

Ainsi, Le Caire a lancé «des appels d’offre sur les marchés internationaux pour importer la quantité nécessaire pour octobre», a confié à la presse un porte-parole du ministère égyptien du pétrole, Hamdy Abdel Aziz. «Nous avons ouvert une ligne de crédit à la banque centrale et nous allons bientôt avoir un accord », a-t-il ajouté.

En avril dernier, Ryad avait conclu un accord avec Le Caire portant sur  la fourniture à l’Egypte, sur une période de cinq ans, de 700.000 tonnes de produits pétroliers par mois. La valeur de ce contrat s’élevait à plus de 20 milliards de dollars.

A en croire Hamdy Abdel Aziz, «la compagnie saoudienne Aramco a informé verbalement la General Petroleum Corporation au début de ce mois, qu’elle ne livrerait pas de pétrole en octobre, sans donner de raison».

L’Egypte a mécontenté l’Arabie Saoudite en votant samedi dernier au Conseil de sécurité des Nations Unies en faveur d’une résolution de la Russie sur la Syrie, contre laquelle Ryad était fermement opposée, même si Aramco a pris sa décision avant ce vote.

Le porte-parole du ministère égyptien du Pétrole a assuré qu’il s’agissait d’«un problème commercial, et non politique», sous-entendant que l’accord liant les deux parties demeure encore tout à fait valable.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.