Le Pays basque ferme ses portes à Whatsapp

Le Pays basque ferme ses portes à Whatsapp

basque-whatsappLe gouvernement du pays basque a annoncé hier lundi le lancement d’un service de messagerie instantané mis au point par la compagnie russe Telegram. Cette décision au détriment du géant américain Whatsapp se justifie par les rumeurs sur le manque de sécurité de ce dernier.

L’information révélée par le quotidien basque El Correo dans son éditorial de lundi selon laquelle le choix du gouvernement s’explique par la communication « beaucoup plus sérieuse et respectueuse » offerte par Telegram illustre parfaitement le cœur du problème. Depuis les révélations d’Edward Snowden sur le vaste programme de surveillance Prism fin 2013, la sécurité des données des internautes est devenue un vrai sujet de débat. Et, avec son demi-milliard d’utilisateurs, l’application de messagerie de Facebook n’a pas échappé à la polémique. Whatsapp a été épinglé pour atteinte aux données de ses utilisateurs à de nombreuses reprises. Il y a deux ans, les équivalents néerlandais et canadiens de la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) française accusaient Whatsapp de « transgressions de certains principes acceptés mondialement en matière de protection des renseignements personnels, principalement en ce qui a trait à la conversation, à la protection et à la communication des données personnelles. Pas plus tard que la semaine dernière, Whatsapp a été très mal noté par l’Electronic Frontier Foundation, une organisation majeure des libertés en ligne, dans son classement annuel des services protégeant le mieux les données de leurs utilisateurs. Whatsapp souffre également du fait qu’il n’est pas soumis à la législation européenne en terme de protection des données, ce qui suggère des utilisateurs découverts et sans protection légale.

Face à ces lacunes, Telegram a de nombreux atouts à faire valoir. Il fonctionne en open source, ce qui veut dire que ses utilisateurs peuvent constamment l’améliorer. De plus, le chiffrement des conversations permet de se mettre « à l’abri de possibles hackers ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.