La malédiction des scandales hante le palais de la Moncloa

espagne-scandalesLes scandales à répétition écornent depuis trois ans, l’image de marque de la famille royale espagnole.
La popularité du Roi Juan Carlos 1er d’Espagne a pris plusieurs coups durs à telle enseigne, que les Espagnols sont de plus en plus nombreux à penser qu’il est temps pour le vieux monarque, 76 ans, d’abdiquer au profit du prince Felipe.
Le palais de la Moncloa est de nouveau à l’avant de l’actualité nationale, avec l’inculpation de Cristina, 48 ans, septième héritière dans l’ordre de succession au trône d’Espagne.
Le juge José Castro du tribunal de Palma de Majorque aux Baléares,  enquête depuis 2010 sur une affaire de corruption impliquant l’Infante Cristina aux côtés de son époux, Inaki Urdangarin, soupçonné d’avoir détourné 6,1 millions d’euros d’argent public.
L’infante Cristina, mise en examen le 7 janvier dernier, sera finalement entendue le 8 février, un mois plus tôt que prévu, par le juge, a annoncé lundi le tribunal de Palma de Majorque.
L’infante préfère vraisemblablement, être entendue le plus tôt possible, pour éclaircir une situation dans laquelle elle dit être absolument convaincue de son innocence, avait déclaré un peu plus tôt, son avocat, Miquel Roca.
Dans l’affaire de Cristina, le juge José Castro est passé outre l’opposition du parquet, l’inculpant pour « délits fiscaux présumés et blanchiment de capitaux ». Le 3 avril 2013, une première mise en examen pour trafic d’influence, avait été annulée à la suite d’un recours du parquet.
L’infante Cristina a en outre annoncé samedi par la voix de son avocat, qu’elle ne ferait pas appel de son inculpation.
Pour rappel, en avril 2012, le roi s’était excusé publiquement devant le pays, lorsque, victime d’une chute, il avait dû rentrer d’urgence du Botswana où il était allé chasser l’éléphant. Ce coûteux voyage avait choqué les Espagnols, dont le pays était en pleine crise économique.
Ces scandales, auxquels s’ajoutent de sérieux problèmes de santé du Roi Juan Carlos, ont relancé le débat sur une possible abdication au profit du prince Felipe, âgé de 45 ans.

1 Comment

  1. l’attrait d’argent n’épargne ni les faibles ni les puissants. surtout pas ces derniers qui deviennent d’autant plus gloutons qu’ils s’enrichissent davantage

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *