Allemagne : Baisse du marché automobile

BAISSE DE 5% DU MARCHÉ AUTOMOBILE ALLEMAND EN AOÛTPour la deuxième année de suite, le marché allemand de l’automobile a connu une baisse en 2013 et ce, malgré une légère remontée en fin d’année.
Vendredi dernier, l’agence fédérale allemande de l’automobile KBA a publié les chiffres portant sur l’année dernière. Pendant cette période, il a été dénombré 2,95 millions immatriculations de voitures neuves. Cela correspond à un recul de 4,2 % par rapport à l’exercice précédent.
Pour rappel, le marché allemand de l’automobile avait déjà enregistré une baisse de 3 % en 2012. Autrement dit, la situation s’est empirée en 2013. Et, la majorité des constructeurs n’a pu y échapper. A titre d’exemple, Volkswagen, qui est l’une des marques les plus prisées dans le pays, a enregistré une diminution de 4,6 % dans ses ventes. La hausse constatée le mois dernier (+ 30,1 %) n’y a rien changé. Même tendance à la baisse des ventes chez ses compatriotes Audi, BMW et Mercedes, avec respectivement 5,5 ; 5,8 et 1,4 %. Heureusement que ce sont les marques étrangères qui, comme d’habitude, enregistrent les revers les plus importants à l’instar de la française Peugeot (23,4 %), de l’américaine Chevrolet (17,7 %) et de la japonaise Nissan (11,5 %). A l’opposé, quelques rares constructeurs ont su tirer leur épingle du jeu. Il s’agit de l’espagnole Seat (+ 22,4 %), de la tchèque Skoda (+ 8,7 %) et de l’allemande Porsche (+ 1,4 %). Pour information, ces trois marques font partie du groupe Volkswagen, actuel leader de l’automobile à l’échelle européenne.
L’année du marché automobile allemand aurait sans doute été meilleure si elle avait commencé comme elle s’est achevée. Au cours du mois de décembre, ce marché a connu une progression de 5,4 % en rythme annuel, avec la vente de 215320 unités. Certains observateurs lient ce rebond aux remises effectuées par plusieurs constructeurs dans le but d’atteindre leurs visées annuelles.

1 Comment

  1. Devant les éclats de la crise qui n’épargnent aucun pays dans le vieux continent même pas la première économie de la zone Euro, les constructeurs automobiles allemands ne sont pas surpris par le recul de leurs ventes. Au contraire, ils s’y attendaient. Mais, pour doper leurs ventes, ils n’ont pas d’autres choix que de casser les prix pour doper le marché des quatre roues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *