La Grèce présidente de l’UE

La-Grèce-présidente-UEDepuis mercredi, la Grèce a pris la présidence tournante du Conseil de l’Union Européenne (UE). Elle la gardera lors des six prochains mois.
C’est un pays frappé de plein fouet par la crise économique qui devra présider à la destinée européenne. N’empêche, la Grèce prend ce siège avec « un sens aigu de ses responsabilités envers ses partenaires européens et tous les citoyens européens », comme mentionné dans le communiqué du ministre des Affaires étrangères, Evangelos Venizelos. Par cette allusion, il faisait référence au contexte grec et européen, à la fois difficile et décisif. En effet, ce pays est « à peine en train de sortir de la crise et les élections européennes, prévues en mai prochain, se profilent à l’horizon », a tenu à rappeler le chef de la diplomatie grecque.
Mais, la Grèce devra attendra encore jusqu’au 8 janvier prochain avant d’entrer dans le vif de sa présidence européenne. C’est à partir de cette date que se déroulera la rencontre des 28 commissaires européens à Athènes. En fait, il ne s’agit que d’une formalité, le pays étant focalisé depuis quelques semaines déjà sur ce leadership. D’aucuns aimeraient saisir cette opportunité pour redorer le blason de la Grèce.
Pour rappel, c’est à partir de cet Etat que la crise de la dette s’est amplifiée en 2009. Bien que celle-ci ait amplement perturbé la zone euro, elle n’en est pas moins convoitée. Ainsi, la Lettonie est devenue, depuis le premier janvier 2014, le 18è membre de cet espace.
Sur le plan local, 2014 pourrait être une année charnière pour la Grèce. Au cours des 12 mois prochains, elle sera probablement programmée pour sa sortie de l’assistance financière mise à disposition par l’UE et le Fonds Monétaire International (FMI). Selon les prévisions du gouvernement, une croissance de 0,6 % est attendue au terme de cet exercice.

2 Comments

  1. Cette présidence de l’union européenne pour les six prochains mois remontera certainement le moral des politiques grecs. Mais, surtout, elle leur servira de faire-valoir auprès d’un opinion publique désabusée

  2. qui sait, peut être que la grèce réussira à prendre sa revanche sur les arrogants allemands et leur chancelière angela merkel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *