L’Espagne ou l’art d’emprunter

espagne-empruntOffrant des taux d’intérêt en hausse et donc plus attrayants, l’Espagne est parvenue à emprunter jeudi la somme de 4 milliards d’euros à moyen terme.
En déclenchant cet emprunt, la quatrième économie du Vieux continent visait à réunir 3 à 4 milliards d’euros, ce qui est arrivé au bout du compte. Bien que loin des besoins financiers exprimés par les investisseurs, lesquelles s’élevaient à 8,636 milliards d’euros, cela n’en est pas moins considérable. En fait, c’est par mesure de prudence que l’Espagne emprunte : le Royaume pourrait être affecté par la crise politique actuelle du Portugal, où les démissions se succèdent au sein du gouvernement. Ainsi, afin de réussir cet emprunt, l’Espagne a notamment joué sur le taux. Pour preuve, l’intérêt de l’obligation à 3 ans est passé de 2,706 % à 2,875 % depuis la précédente opération similaire, datant du 6 juin dernier. Même constat pour le taux de l’obligation à 5 ans : alors qu’il était de 3,592 % le 20 juin dernier, il a été fixé à 3,792 % hier. Mieux, le Trésor public espagnol a proposé ce dernier intérêt comme nouvelle référence.
Contrairement à l’année dernière, l’Espagne n’est plus une source d’inquiétude pour les marchés financiers. Au cours de ces derniers mois, le Trésor public espagnol a retrouvé une certaine sérénité. L’occasion faisant le larron, le pays en a profité pour emprunter, depuis début 2013, pas moins de 81,104 milliards d’euros à moyen et long terme à un taux moyen de 2,66 %. Ce qui correspond à une proportion de 66,9 % de son objectif global.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.