Kidal: les négociations sont ouvertes

kidal-armeAujourd’hui s’entament à Ouagadougou, sous la houlette de la médiation du Burkina-Faso, les négociations réunissant le gouvernement malien et les insurgés touaregs du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA). La question du contrôle de Kidal constituera sans doute le centre des discussions.
Mercredi dernier, Bamako avait annoncé, par le biais d’un communiqué, « sa disponibilité au dialogue pour recouvrer l’unité nationale et l’intégrité du territoire ». Une phrase qui en dit long sur les intentions du gouvernement malien, qui prône le retour de son armée à Kidal. En réponse, le vice-président du MNLA Mahamadou Djéri Maïga a également affirmé la disponibilité du groupe rebelle « aux côtés  de la médiation et de la communauté internationale pour discuter des problèmes du territoire de l’Azawad et trouver une entente avec Bamako ». Bref, de ce côté également, le discours n’a pas trop changé. Mais, la bonne volonté que les deux parties semblent afficher est louable dans la perspective des élections présidentielles, prévues à partir de juillet prochain.
N’empêche, le contexte reste tendu : après avoir repris la localité d’Anefis mercredi dernier, les forces maliennes se sont positionnées à une centaine de kilomètres de Kidal. D’après un officier, l’armée est en attente « des conditions favorables à la poursuite de l’opération ». Ce qui est pesant pour le MNLA, qui se prépare à toute éventualité : d’après le numéro 2 de cette rébellion, certains de ses éléments seraient basés autour d’Anefis. Autrement dit, la moindre étincelle peut aboutir à une explosion. Entre temps, gouvernement et rébellion se livrent à une guerre de chiffres à propos des combats à Anefis: alors que Bamako parle de 30 morts dans les rangs du MNLA contre 2 blessés au sein de l’armée, les insurgés ne reconnaisse qu’un mort et deux blessés. Par contre, le MNLA évoque la perte de plusieurs hommes et de 6 véhicules dans l’autre camp.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.