Syrie : affaiblie, l’opposition demande une trêve du ramadan

Le nouveau président de la Coalition nationale syrienne (CNS), Ahmed Jarba a appelé, aussitôt après son élection, à une trêve pendant le mois du ramadan. Une invitation qui reflète les revers subis par l’opposition armée face à l’offensive des troupes de Damas.
Ahmed Jarba, qui préside depuis samedi la CNS, la principale composante de l’opposition syrienne, a proposé au régime de Damas d’interrompre l’offensive contre la ville de Homs qui subit l’assaut des troupes gouvernementales depuis 9 jours d’affilée. Il a d’autre part conditionné la participation de l’opposition à la conférence que Washington et Moscou souhaitent organiser à Genève, à la livraison d’armes sophistiquées aux combattants. Un élément indispensable, selon lui, pour parvenir à un équilibre des forces avec les troupes de Bachar Al-Assad. Ahmed Jarba connu pour être proche des saoudiens, a bon espoir de voir Riad fournir des armements en quantité et en qualité suffisantes. « Je pense que ces armes vont bientôt arriver en Syrie », a assuré le nouveau président de la CNS, dont les Occidentaux et certains  pays arabes espèrent que l’élection devrait sortir l’opposition de ses interminables dissensions.
Ce qui est clair, c’est que l’appel de Jarba à une trêve pendant  le mois de jeûne du ramadan intervient à un moment où l’opposition est mise à mal par les coups de boutoir du régime de Damas et de ses alliés du Hezbollah libanais. D’ailleurs, son appel intervient à la suite d’une visite aux rebelles sur des positions qu’ils tiennent dans la province d’Idlib, dans le nord du pays.
Un geste interprété par les observateurs comme un appel à l’aide, alors que les troupes de Damas soutenues notamment par Moscou et l’Iran commencent à regagner du terrain après deux années et demie de combats qui ont fait quelque 100.000 morts et des millions de déplacés et de  réfugiés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.