Syrie: l’ONU redoute un embrasement régional

Encore un énième attentat meurtrier à Damas lundi soir. Les nombreuses victimes de la double attaque suicide s’ajoutent aux morts qui se comptent par dizaines chaque jour. Les combats semblent de plus en plus incontrôlables, alors que les accrochages se multiplient avec la Turquie voisine, faisant craindre un embrasement régional. Face à cette escalade « extrêmement dangereuse », le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé le régime de Bachar Assad à annoncer un cessez-le-feu unilatéral.

« J’exhorte les forces d’opposition à accepter ce cessez-le-feu unilatéral, si et lorsque le gouvernement syrien l’annonce », a ajouté Ban Ki-moon. Mais ni les appels répétés du SG de l’ONU, ni les exhortations de l’envoyé onusien Lakhdar Brahimi ne semblent avoir de prise sur le cours des événements. Depuis le début des violences il y a près de 20 mois, le nombre de morts s’accroît de jour en jour, faisant au moins 32.000 morts, selon l’Organisation Syrienne des Droits de l’Homme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.