UpM : L’Egypte cède le flambeau à la Jordanie

L’Union pour la Méditerranéenne (UpM) a un nouveau coprésident. L’Union pour la Méditerranéenne (UpM) a un nouveau coprésident. L’Egypte qui copréside l’UpM en partage avec l’Union européenne qui, elle-même, a hérité ce poste de la France, vient de céder le flambeau à la Jordanie. La candidature jordanienne pour la coprésidence sud de l’Union pour la Méditerranée, lit-on mardi sur le site internet du secrétariat de l’organisation, a été unanimement approuvée par les hauts fonctionnaires, représentant les 43 pays membres de l’UpM, lors d’une réunion ordinaire tenue dernièrement à Barcelone. La Jordanie doit néanmoins patienter jusqu’à fin septembre 2012, pour que cette désignation soit confirmée officiellement lors d’une prochaine réunion des hauts fonctionnaires à Bruxelles.

Pour rappel, le poste du secrétariat général de l’organisation était déjà détenu par le jordanien Ahmad Massa’deh, avant que celui-ci ne présente sa démission fin janvier 2011. Il avait alors expliqué sa décision par la paralysie de l’organisation, impuissante à dépasser les blocages nés notamment du conflit israélo-palestinien. La France, qui a co-présidé avec l’Egypte l’Union pour la Méditerranée depuis sa fondation en juillet 2008, a passé le relai en mars 2012 à l’Union européenne (UE).  Lors de la rencontre de Barcelone qui abrite le siège de l’Union, le secrétariat de l’UpM a présenté trois nouveaux projets relatifs aux opportunités d’emploi au profit des femmes, à la création d’une Université Euro-méditerranée à Fès et à la gouvernance et la mobilisation des financements pour le secteur de l’eau en Méditerranée.  Le secrétariat a également présenté un rapport sur l’état d’avancement des projets labellisés UpM notamment celui de LOGISMEDTA (assistance technique), du dessalement d’eau prévu à Gaza ainsi que du Plan solaire méditerranéen.  A la même occasion, la Banque européenne d’investissement (BEI), a réaffirmé son intention de débloquer 500 millions d’euros pour soutenir des projets parrainés par l’UpM. La banque européenne s’engage au même titre, à assumer le rôle d’acteur majeur dans le développement des projets socio-économiques dans les pays du pourtour méditerranéen. Fondée le 13 juillet 2008 à l’initiative de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy et de l’Egypte, l’UpM ambitionne de donner un nouveau souffle au processus de Barcelone, un partenariat qui lie les pays d’Europe aux pays riverains de la Méditerranée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.