Le gotha économique et politique marocain en conclave à Paris le 9 Juin à l’invitation de l’AEMF

Malmenés par Claude Guéant et sa circulaire, inquiets quant à leur avenir dans l’hexagone sur fond de crise économique, les étudiants marocains de France ont voulu faire le point sur l’avenir des relations entre le Royaume Chérifien et Paris,

à travers un grand forum qui se tiendra ce samedi 09 Juin à l’académie diplomatique Internationale de Paris. Intitulée « Quel défis pour les Chantiers stratégiques du Maroc », et initiée par l’Association des Etudiants Marocains de France, cette conférence verra la participation de plusieurs capitaines d’industrie du Maroc et de France, ainsi que la venue du ministre marocain du commerce et de l’industrie, Abdelkader Amara, qui fera là sa première « explication de texte » de ses objectifs stratégiques. Le Président du groupe Saham, Moulay Hafid Elalamy, qui vient d’acquérir le troisième assureur libanais LIA, devrait à cette occasion incarner le dynamisme du « Maroc qui s’exporte », et expliquer la stratégie poursuivie par son groupe en Afrique et au Moyen-Orient. Autre invité de marque, Le Président de la BRED-Banque Populaire, Stève Gentili, dont le groupe bancaire vient de monter en puissance dans le capital de sa « petite sœur » Marocaine, la Banque Centrale Populaire (BCP). Gentili devrait ainsi préciser les ambitions de son groupe en Afrique du Nord. La franco-marocaine Fatine Layt, ancienne associée de Jean-Marie Messier et Présidente de Oddo Corporate finance, devrait incarner cette nouvelle génération de franco-marocains qui ont réussi, et son intervention devrait être particulièrement suivie par les étudiants marocains présents dans la salle. En effet, pour ces derniers, Layt représente une double icône : celle d’une femme qui a su s’imposer dans le monde très masculin de la finance internationale, ensuite une Marocaine qui a su s’affranchir des contingences et clichés liées à sa double nationalité. Côté prospective et analyse, la conférence devrait voir la participation du Président de l’Association Marocaine d’Intelligence Economique, Abdelmalek Alaoui, de l’islamologue Rachid Benzine -qui avait milité activement pour la liberté de conscience soit inscrite dans la nouvelle constitution marocaine- ainsi que des professeurs Védié et Saint-Prot, « maghrébologues » avertis de la place de Paris. Côté politique enfin, outre Abdelkader Amara, issu des rangs des islamistes modérés du Parti de la Justice et du développement (PJD), devraient se succéder au micro le Président de la région de l’Oriental et économiste Ali Belhaj (PAM), Khalid Naciri, ancien ministre de la communication pour le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) , ainsi que Moncef Belkhayate, représentant le libéraux du RNI. Une belle brochette d’intervenants qui a fait que la conférence, initialement programmée dans les salons de la Présidence du Sénat Français, a du se déplacer au sein de la prestigieuse académie Internationale de Paris, qui était en mesure d’accueillir le nombre d’invités attendus. Pour participer à cet évènement, prière de se rendre sur le site www.aemf.fr , rubrique

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *