Israël- Hamas: un échange de prisonniers tant attendu

Israël et le mouvement Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, sont parvenus à un accord pour la libération du soldat israélien Gilad Shalit en échange de 1027 palestiniens détenus dans les prisons israéliennes, parmi lesquels figurent 27 femmes. Cet échange, obtenu grâce à une longue médiation égyptienne, se fera en deux phases. La première devrait intervenir dans « quelques jours ».

Elle sera marquée par la libération du soldat israélien en même temps que 450 hommes et 27 femmes palestiniens. Dans une deuxième phase, probablement dans deux mois selon des sources israéliennes et palestiniennes, 550 autres détenus palestiniens seront libérés. Toutefois, certains noms devenus des symboles de la résistance palestinienne à l’occupation israélienne, ne seront vraisemblablement pas concernés par cet échange. Des sources militaires israéliennes ont affirmé que Marwane Barghouthi qui a été l’une des principales figures de la deuxième Intifada en 2000, ainsi que Ahmad Saadat, secrétaire général du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), ne sont pas inclus dans la liste des détenus devant être libérés. Une grande satisfaction a été ressentie dans les territoires palestiniens occupés et à Gaza. Certains prisonniers palestiniens sont détenus depuis de nombreuses années, voire deux décennies ou plus. De leur côté, les israéliens se sont réjouis de la prochaine libération du soldat franco-israélien Shalit, après cinq ans passés en captivité chez le Hamas. Israël n’a pas réussi à le libérer malgré plusieurs tentatives, dont l’opération contre Gaza de juin 2006, qui avait fait quelque 800 morts palestiniens. Aujourd’hui, en dépit de sa forte portée humanitaire, l’accord d’échange ne devrait pas avoir d’impact direct sur les négociations de paix israélo-palestiniennes bloquées depuis un an. Le refus israélien de mettre un terme à la construction de colonies de peuplement en Cisjordanie a poussé le président de l’Autorité Palestinienne à demander, en septembre aux Nations Unies, de reconnaître solennellement un Etat palestinien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.