Algérie: les autorités effrayées par un appel à manifester

Des appels lancés sur des pages Facebook pour manifester le 17 septembre en Algérie, sèment la frayeur chez les autorités. Les services de sécurité se préparent à une journée d’incertitude malgré un semblant de sérénité affiché par les officiels.
Dahou Ould Kablia, le ministre de l’Intérieur, se déclare rassuré tout en  accusant des « parties étrangères » de comploter contre l’Algérie en liaison avec Israël. Il n’a pas caché que les services de sécurité ont renforcé la surveillance sur de nombreux sites et internautes algériens. Pour autant, les appels pour descendre dans la rue le 17 septembre continuent d’être commentés massivement sur la toile. Les uns sont favorables à des protestations ininterrompues contre le pouvoir et les généraux. D’autres, plus modérés, estiment que l’Algérie a déjà payé un lourd tribut durant la décennie noire de la guerre civile de 1992-2001. Pour cette dernière catégorie, les revendications doivent être centrées sur une exigence de démocratie et le retrait des militaires qui détiennent le vrai pouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.