Libye : le CNT accuse Alger de l’envoi de mercenaires

Abdelhafidh Ghoka, vice-président du Conseil national de transition libyen (CNT), vient de confirmer au quotidien algérien Achorouk, l’implication de l’Algérie dans l’envoi et le convoyage de mercenaires en Libye, pour prêter main forte au colonel Kadhafi.
Ghoka qui est l’un des dirigeants les plus en vue de la rébellion libyenne, a affirmé que le CNT disposait d’informations et de données prouvant que « des avions militaires algériens ont effectué des vols quotidiens » vers des aéroports militaires libyens. Ces vols ont concerné notamment les aéroports de Sebha, Maatikia et Benina, a expliqué le responsable de la rébellion libyenne, dans un entretien publié le 7 juin par Achorouk.

Aux démentis officiels d’Alger, le vice-président du CNT oppose des preuves manifestement irréfutables. « Nous avons des morts algériens identifiés qui faisaient partie des troupes de Kadhafi en guerre contre le peuple libyen ». Abdelhafidh Ghoka enfonce le clou en affirmant que le CNT détient aussi « des prisonniers algériens ». Ces révélations viennent s’ajouter à d’autres accusations portées par des dirigeants de la rébellion contre Alger pour ce qui est décrit comme son « rôle significatif » dans le soutien à Kadhafi. L’OTAN avait réussi à mettre la main sur des documents fournis par un ancien fidèle du clan Kadhafi, passé du côté de la rébellion.
Dans ces documents, ébruités par le quotidien britannique The Telegraph, le dissident libyen a révélé que le colonel Kadhafi avait dépensé des millions de dollars pour faire venir en Libye des mercenaires du Polisario. Ces derniers ne s’étaient manifestement pas fait prier. Une vieille relation lie en effet le Polisario à Kadhafi qui, dès les années 1970, avait massivement financé et armé le front séparatiste qui disputait au Maroc le contrôle du Sahara Occidental.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.