Des chars et blindés algériens en phase d’être convoyés en Libye?

L’intensification des frappes aériennes de l’OTAN ciblant les objectifs militaires en territoire libyen particulièrement l’armement lourd  et les dépôts d’armes, auraient drastiquement réduit les stocks des forces loyales au colonel libyen Mouammar Kadhafi.

Pour réapprovisionner ses soldats en armement, le Colonel Kadhafi n’aurait pas d’autres choix que de s’adresser à son voisin algérien qui a, officiellement, gardé toutes ses distances avec le conflit libyen. Dans son édition de lundi, le quotidien britannique The Independent rapporte toutefois  que l’Algérie tente actuellement de fournir des armes, notamment des chars et des véhicules blindés, aux forces loyales au régime de Kadhafi. Selon le journal anglais , un dirigeant arabe serait même entré en ligne avec les dirigeants algériens pour essayer de dissuader de fournir de tels équipements militaires aux forces pro-Kadhafi. Pour l’auteur de l’article, Robert Fisk, spécialiste des questions du moyen-orient, la livraison d’armes lourdes aux forces loyales libyennes peut retarder l’offensive aérienne lancée actuellement par l’Organisation du traité de l’atlantique nord (OTAN) en Libye et violer les sanctions internationales contre le régime de Tripoli. Robert Fisk s’est interrogé dans son article, sur le degré d’implication du «pouvoir» algérien, qui comprend un grand nombre de « généraux corrompus », dans les livraisons d’armes aux forces de Kadhafi. La Libye et l’Algérie, rappelle The Independent, partagent de longues frontières, qui rendent facile toute opération de livraison d’armes. Déjà d’autres médias français et anglo-saxons avaient relayé des informations faisant état de la présence sur le champ de combat libyen, de centaines de mercenaires venus d’Algérie, dont ceux issus du front Polisario qui contrôle les camps de réfugiés sahraouis à Tindouf dans le sud-ouest du territoire algérien. Mais, les autorités d’Alger continuent à réfuter de telles informations. Pas plus tard que dimanche 29 mai, le Premier ministre Algérien, Ahmed Ouyahia a fait une sortie médiatique pour faire porter le chapeau aux autorités Marocaines, les accusant de vouloir impliquer son pays dans le conflit libyen en véhiculant ces informations. «Ces derniers temps, a-t-il dit lors d’une conférence de presse à Alger, on observe des déclarations de l’Agence Officielle Marocaine et une agitation du lobby Officiel Marocain aux Etats-Unis, pour vouloir impliquer l’Algérie dans l’envoi de mercenaires en Libye et dans l’envoi d’armes en Libye».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.