Lampedusa : Transfert de 6000 immigrés venant de Tunisie

L’Italie se trouve actuellement durement confronté à des flux massifs d’immigrés et de réfugiés provenant des côtes tunisiennes et libyennes. Pour décongestionner la petite île de Lampedusa, quelque 6000 immigrés clandestins, des Tunisiens pour la plupart, devraient être incessamment transférés vers des centres d’accueil dans d’autres villes du sud de l’Italie. Trois des six navires d’une capacité globale de 10.000 passagers affrétés pour cette opération, sont déjà sur place et attendent le feu vert pour embarquer les immigrés clandestins.

Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, est attendu, ce mercredi, dans cette île de 5.000 habitants, pour superviser en personne l’opération d’évacuation des Tunisiens arrivés en masse depuis la chute du régime de Zine El Abidine Ben Ali, au début du mois de janvier 2011. L’île de Lampedusa, (20 KM2) qui se trouve à 200 km des côtes tunisiennes à mi-chemin entre la Tunisie et la Sicile, vit essentiellement du tourisme. Elle a reçu des promesses d’aides substantielles du gouvernement central à titre de dédommagement pour les dépenses générées par ces débarquements massifs d’immigrés clandestins. Les 6000 immigrés concernés par l’opération d’évacuation, sont soumis, depuis mardi, à des procédures d’identification. Pour le ministre italien de l’intérieur, Roberto Maroni a assuré que « la situation sur l’île sera résolue mercredi », à l’issue d’une réunion d’urgence tenue la veille sous la présidence de Berlusconi et en présence de plusieurs ministres, notamment ceux de la défense, de la justice et de l’économie. Il a été question, lors de cette réunion, de l’octroi de primes de 2.500 dollars à chaque Tunisien qui accepterait un retour volontaire dans son pays, alors qu’une enveloppe de 80 millions d’euros a été attribuée il y a une semaine par le gouvernement italien à la Tunisie pour stopper les flux migratoire à partir de ses côtes. Lampedusa a accueilli ces deux derniers mois plus de 18.000 migrants, pour la plupart des Tunisiens, contre environ 4.000 immigrés pour toute l’année 2010. En raison de l’insurrection armée en Libye, les autorités italiennes craignent de nouveaux afflux massifs en provenance de ce pays.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.