Libye : Les pays voisins, sommés par Washington d’empêcher l’infiltration de mercenaires

Les pays frontaliers avec la Libye, où se poursuivent les confrontations entre l’opposition et les troupes fidèles au régime libyen en place, ont été sommés par le Conseil de Sécurité de l’ONU, d’empêcher l’infiltration de mercenaires en territoire libyen. Cette recommandation a été ensuite relayée par le Département d’Etat américain. La secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton a appelé dimanche, les dirigeants des pays de la région (Niger, Algérie, Tchad, Soudan et Mali) d’empêcher les mercenaires, dont ceux du front Polisario provenant des camps de Tindouf en Algérie, de se rendre en territoire libyen, pour y commettre des actes criminels et semer la terreur aux côtés des militaires fidèles au colonel Mouammar Kadhafi.

La résolution du Conseil de sécurité adoptée samedi, a rappelé Hillary Clinton dans une déclaration à bord de l’avion qui la conduisait à Genève, a envoyé un message fort aux pays de la région: « vous devriez empêcher les mercenaires qui voudraient, sur ordre ou de manière opportuniste, se rendre en Libye pour s’y engager dans des actes criminels ». La Secrétaire d’Etat qui devait participer, lundi, à une réunion du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU consacrée à la Libye, a précisé que son pays va œuvrer « de manière étroite avec les pays du voisinage libyen afin de garantir des prises de décision allant dans ce sens ». Suite à des informations relayées par des médias arabes et occidentaux sur le recrutement d’éléments du Polisario bien entrainés aux techniques de la guérilla, l’opposition libyenne a vivement dénoncé la présence en Libye de ces mercenaires venus épauler les soldats de Kadhafi pour mater l’insurrection. Cette réaction intervient après la neutralisation d’une dizaine de ces éléments par les manifestants en colère et dont des images ont été ensuite diffusées par des chaînes de télévision arabes. Des médias occidentaux ont dernièrement rapporté que le régime libyen a recruté Des centaines d’éléments de pays africains et d’Europe de l’Est ainsi que du front du Polisario, rapportent des médias occidentaux, ont été recrutés pour mater l’insurrection, protéger la capitale Tripoli et récupérer d’autres villes sous contrôle des populations civiles en révolte. Ces mercenaires, précisent les mêmes sources, sont attirés par l’offre de grandes sommes d’argent qui leur est faite par des recteurs à la solde du régime Kadhafi.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.