Maroc: Moulay Hicham, le come-back?

Le cousin du roi Mohammed VI, le prince Moulay Hicham –appelé le « prince rouge » pour ses prises de position souvent virulentes à l’encontre du roi- multiplie depuis une semaine les interventions dans la presse internationale, estimant que le Maroc « ne fera probablement pas exception » au vent contestataire qui souffle de Tunisie et gagne l’Egypte. Après « le Nouvel observateur », c’est au tour du quotidien espagnol « El Païs » d’accorder une interview à Moulay Hicham, réalisée par Ignacio Sembrero, le spécialiste du Maghreb.

Comme à son habitude dès qu’il s’agit du Maroc, le journal hispanophone a offert à ses lecteurs sur internet une version en français de l’entretien. Interrogé sur le rôle qu’il souhaiterait jouer au Maroc, et s’il était consulté par le pouvoir en ce moment, le prince Moulay Hicham a souhaité se poser en chercheur et affirme vouloir « préserver (mon) autonomie intellectuelle », avant d’ajouter « Du reste, j’ai mes propres obligations dans le cadre de diverses institutions internationales et mon propre travail ». Mais que cache en réalité cette prise de parole d’un prince que l’on disait désireux de se faire oublier et de se consacrer à la recherche en sciences politiques , près de 8 années après avoir quitté son pays pour sa luxueuse « mansion » de Princeton ? Dans les allées du pouvoir de Rabat, il se murmure que Moulay Hicham aurait eu de grosses difficultés financières après que son projet de « ville verte » aux abords de Rabat n’ait pas réussi à mobiliser des investisseurs internationaux d’envergure, et que cette radicalisation du discours du « Prince rouge » cacherait en réalité une tentative de retour sur la scène politique marocaine. Cette dernière semblait en effet avoir quelque peu « oublié » le prince Moulay Hicham, l’homme trainant dans les milieux intellectuels marocains une réputation d’ultraconservateur et d’autoritariste malgré un discours progressiste de façade. Entretenant – de notoriété publique- des relations exécrables avec son cousin Mohammed VI, Moulay Hicham aurait de nombreux intérêts dans la presse populaire marocaine via un réseau complexe d’amitiés avec des journalistes marocains, dont le fondateur du « Journal Hebdomadaire » Aboubakr Jamaï. Ce réseau lui permettrait d’alimenter de vastes campagnes de presse, dont un publi-reportage fleuve publié par l’hebdomadaire « Tel Quel » en décembre dernier, où l’on découvrait la nouvelle vie du « prince rouge » aux Etats Unis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.