Algérie : La mal vie embrase Alger et d’autres villes du pays

De violents affrontements ont opposé de jeunes manifestants aux forces de l’ordre algériennes, mercredi soir dans le quartier populaire de Bab El Oued à Alger. Ces heurts donnent la réplique aux émeutes qui ont éclaté les jours précédents dans d’autres villes algériennes pour protester contre la mal vie et la cherté des produits de première nécessité.

A Oran, Tipaza et Alger, les artères ont été bloquées par les manifestants et des bâtiments publics ont été saccagés. Aux jets de pierre des manifestants, les forces de sécurité répondaient par les tirs de gaz lacrymogènes. Certains médias ont fait état de blessés, mais sans en préciser le nombre. Les déclarations du ministre du Commerce, assurant que les prix du lait et du pain ne seront pas augmentés et que « l’Etat continuera à subventionner ces produits », n’ont manifestement pas eu d’effet sur les manifestants. Le citoyen moyen semble devenu imperméable au discours rassurant des dirigeants face à la montée continue des prix de large consommation et le manque asphyxiant de logements. Une incompréhension d’autant moins supportable pour le commun des algériens que l’Algérie affiche une santé financière insolente. Le pays dispose en effet de dizaines de milliards de dollars de réserves de change tirées de la vente des hydrocarbures. Une rente dont les effets ne sont pas palpables dans le vécu du citoyen à cause des scandales de corruption et d’une gestion chaotique, souvent dénoncée par la presse.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.