Gabon Telecom et Libertis engloutis par Maroc Telecom pour un pactole de 61 millions d’Euros

L’opérateur marocain de téléphonie Maroc Telecom étend sa toile dans le continent noir. Il vient d’absorber Gabon Telecom et sa filiale de téléphonie mobile Libertis en versant 34,7 millions d’Euros au Trésor Public Gabonais, dernière tranche de la transaction qui se monte à 61 millions d’Euros.

Un accord portant sur la privatisation de Gabon Telecom a été signé jeudi à Libreville, entre le Gouvernement gabonais et Itissalat Al-Maghrib (Maroc Telecom), représenté par son Président Abdeslam Ahizoune e personne. Le processus de privatisation de l’opérateur gabonais avait été amorcé par la conclusion en février 2007, d’une Convention de cession d’Actions (CCA) qui devait conduire à la prise de contrôle de Gabon Telecom et Libertis par Maroc Telecom. A la même date, et suite à un appel d’offre international remporté par l’opérateur marocain, l’Etat gabonais a cédé 51% des actions à Maroc Telecom. Gabon Télécom SA fournit des services de téléphonie Fixe (voix et données) ainsi que l’accès à Internet. Cette société crée en mars 1999, sa filiale mobile baptisée Libertis, qu’elle détient à 100%. Au titre des engagements prévus par la convention de cession, il a été procédé à la restructuration financière des entreprises, à la conformation du cadre légal et juridique aux dispositions pertinentes de l’OHADA (Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires) et à la compensation des différentes dettes et créances. L’exécution du plan social retenu, a été prise en charge par l’Etat Gabonais. Maroc Telecom, elle même filiale très lucrative du groupe Vivendi qui possède 51 % de son capital, possède déjà des prises de participation majoritaire dans les opérateurs historiques des télécommunications, mauritanien, Mauritel, depuis avril 2001, burkinabé l’Onatel, depuis décembre 2006 et malien Sotelma depuis juillet 2009, avec une part de 51% de son capital. Le marché africain des télécom est un marché émergent qui offre d’énormes potentialités de croissance et fait couler la salive de nombre d’opérateurs, leaders mondiaux du secteur.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.