Royaume-Uni : Boris Johnson procède à un remaniement ministériel

Royaume-Uni : Boris Johnson procède à un remaniement ministériel

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson a annoncé hier mercredi un remaniement de son gouvernement, marqué par le changement de poste de son chef de la diplomatie Dominic Raab et le remplacement de trois ministres importants. 

Sous le feu des critiques pour sa gestion de la crise afghane, le Chef de la diplomatie, Dominic Raab quitte ses fonctions pour prendre le relais à la tête du ministère de la Justice, avec en sus le titre de vice-Premier ministre, une fonction qu’il avait de facto rempli quand Boris Johnson avait été hospitalisé, suite à sa contamination par le Covid-19, assurant l’intérim du pouvoir. 

Le portefeuille du ministère des Affaires étrangères revient à la ministre du Commerce international, Liz Truss, ce qui lui permettra de suivre la mission stratégique dont elle était chargée, à savoir conclure les nouveaux accords de libre-échange promis par Boris Johnson dans le sillage du Brexit. 

Trois ministres importants, celui de l’Education Gavin Williamson, très critiqué lors de la fermeture des écoles pendant les confinements et pour le fiasco des examens qui a suivi, celui de la Justice, Robert Buckland, et celui du Logement, Robert Jenrick, quittent le gouvernement. 

Jusqu’alors chargé de la coordination de l’action gouvernementale, Michael Gove reprend le ministère du Logement. Le ministre des Finances Rishi Sunak, celui de la Défense Ben Wallace, et la ministre de l’Intérieur Priti Patel, pourtant sur la sellette pour de maigres résultats dans la lutte contre l’immigration clandestine, sont maintenus dans leurs postes. 

Downing Street a présenté le gouvernement comme une «équipe forte et unie» pour mieux relever le pays après les dégâts occasionnés par la pandémie. 

Avec ce remaniement ministériel, Boris Johnson espère aussi donner un nouveau souffle à son «règne», deux ans après son accession au pouvoir, alors qu’un sondage YouGov vient de révéler une chute de la cote de popularité des conservateurs à 33%, dépassés par le Parti travailliste, 35%, pour la première fois depuis le début de l’année. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.