La Grèce commande 18 avions de chasse Rafale pour 2.5 milliards d’euros

La Grèce commande 18 avions de chasse Rafale pour 2.5 milliards d’euros

Quatre mois à peine après l’expression de son intention d’achat, la France a signé hier lundi avec la Grèce un contrat de 2.5 milliards d’euros pour la vente de 18 avions de combat Rafale. La signature a eu lieu à Athènes, en présence d’une délégation française emmenée par Florence Parly, la ministre française des Armées, et en présence de son alter ego grec, Nikolaos Panagiotopoulos.

La Grèce recevra ses premiers avions à l’été 2021 et tous les avions doivent être livrés d’ici 2023. Le cabinet de Florence Parly a précisé que cette commande couvre « trois contrats ». Le premier porte sur la livraison de 12 Rafale au standard le plus récent (F3R) prélevés sur la flotte des forces françaises et de 6 avions de combat neufs. 

Le second concerne l’armement des avions, en l’espèce de missiles de croisière Scalp, antinavires AM39 Exocet et antiaériens Mica, ainsi que des missiles air-air à longue portée Meteor. Et le troisième contrat concerne des prestations de services et de formation, dont un simulateur de vol, fournies par Dassault Aviation et l’armée de l’air française. 

Avec ce contrat, l’avion de combat français franchit le cap des 100 commandes à l’international, à savoir 24 pour l’Egypte, 36 pour le Qatar, 36 pour l’Inde et maintenant 18 pour la Grèce, et de stabiliser les 7 000 emplois des salariés de 400 PME qui travaillent sur le programme rafale. 

Le contrat permet aussi à Athènes se dote d’un  avion multi missions qui est « combat proven », c’es-à-dire qui a fait ses preuves sur les théâtres d’opérations extérieures, notamment au Mali dans la bande sahélo-saharienne, en Libye et au Levant. 

La décision de la Grèce de relever son niveau d’armement en achetant le Rafale est un avertissement adressé à la Turquie, avec qui les tensions sont au plus haut depuis que les Turcs ont mené des campagnes d’exploration gazière en Méditerranée orientale, dans des eaux disputées par la Grèce et Chypre. 

La Grèce a prévu au total d’investir 5.5 milliards d’euros dans sa défense cette année. Athènes prévoit de commander des frégates, des hélicoptères, des drones et de moderniser sa flotte d’avions de chasse américains F16. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.