Vers la nomination d’un gouvernement de transition en Italie

Vers la nomination d’un gouvernement de transition en Italie

Après s’être opposé à la nomination d’un gouvernement d’extrême droite ouvertement eurosceptique, le président italien Sergio Mattarella devrait désigner aujourd’hui Carlo Cottarelli dans le but d’organiser un nouveau scrutin législatif.

Pour rappel, le nom de Giuseppe Conte avait été proposé comme président du Conseil par les leaders du Mouvement 5 Etoiles (M5S), Luigi di Maio, et de la Ligue, Matteo Salvini, majoritaires au Parlement italien. Ce juriste sans expérience en politique devait présenter dimanche à M. Mattarella son gouvernement et son programme commun anti-austérité et sécuritaire.

Le chef d’Etat italien a dit avoir validé tous les membres de cette équipe, excepté Paolo Savona, proposé à la tête du ministère de l’Economie et des Finances. Il est à noter que cette personnalité politique âgée de 81 ans est ouvertement eurosceptique. « La désignation du ministre de l’Economie constitue toujours un message immédiat de confiance ou d’alarme pour les opérateurs économiques et financiers », a expliqué le dirigeant italien.

En effet, vendredi dernier, la Bourse de Milan a terminé sur un nouveau recul de 1,54 %, alors que le spread, qui désigne la différence entre les taux d’emprunt à dix ans allemand et italien, s’est chiffré dans l’après-midi à 217 points, ce qui constitue un record depuis décembre 2013.

Ainsi, en vue de la réouverture des marchés financiers, le président italien a annoncé dimanche dans la soirée la convocation de Carlo Cottarelli. Agé de 64 ans, cet ancien haut cadre au Fonds Monétaire International (FMI) porte le surnom de « M. Ciseaux » en raison de son rôle dans la baisse des dépenses publiques en 2013-2014 sous les gouvernements de centre gauche.

Mattarella devrait le charger de constituer un gouvernement technique qui ne devrait pas obtenir la confiance du Parlement tant que le M5S et la Ligue sont opposés à sa mise en place. Carlo Cottarelli se contentera donc de conduire l’Italie à de nouvelles législatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.