La Belgique ouvre un débat sur les livraisons d’armes à l’Arabie Saoudite

La Belgique ouvre un débat sur les livraisons d’armes à l’Arabie Saoudite

Les formations politiques de la majorité fédérale en Belgique sont sur le point d’imposer un embargo sur les ventes d’armes à l’Arabie saoudite, selon des amendements déposés mardi, suite à une proposition de résolution d’Ecolo.

Le texte des Verts demandait, entre autres, la suspension de tout rapport commercial avec le Royaume wahhabite en attendant une analyse des flux financiers provenant de cet Etat ou qui lui sont destinés.

La majorité ne partage pas ce point de vue et souhaite plutôt que Bruxelles soumette ses rapports commerciaux et diplomatiques avec Ryad à une «réflexion approfondie», compte-tenu de l’attitude du Royaume wahhabite sur la question des droits humains, de sorte à arrêter une nouvelle stratégie du gouvernement belge.

Concernant les livraisons d’armes et de biens à usage militaire au Royaume saoudien, la majorité propose de l’arrêter de commun accord avec les entités fédérées. La même demande est susceptible d’être portée devant les instances européennes et devant l’ONU sur la base d’un accord avec les Régions.

La demande embarrasse quelque peu le PS et le CDH, qui constituent la majorité en Région wallonne. Jusqu’à présent, ces deux partis ont soutenu un embargo européen sur les ventes d’armes, convaincus qu’une initiative isolée de la Belgique ne changerait pas grand-chose.

L’Arabie saoudite est l’un des principaux clients de l’industrie d’armement wallonne et, en particulier, de la FN, qui fait partie des plus importants producteurs d’armes légères au niveau mondial. Quoi qu’il en soit, la commission poursuivra ses travaux mardi prochain et essayera de parvenir à un vote sur ce dossier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.