Attentats de Paris: La défense de Salah Abdeslam opposée à son extradition en France

Attentats de Paris: La défense de Salah Abdeslam opposée à son extradition en France

SvenL’avocat belge qui assure la défense de Salah Abdeslam, le seul survivant des attentats djihadistes de novembre à Paris, a exprimé dimanche, son opposition à l’extradition de son client en France, comme le réclame la justice française.

Me Sven Mary, ténor du barreau bruxellois, a annoncé son intention de porter plainte contre le procureur de Paris, François Molins, pour violation du secret de l’instruction. Le procureur Molins a déclaré que, durant ses premières auditions, Salah Abdeslam aurait affirmé aux enquêteurs belges qu’il « voulait se faire exploser au stade de France » le soir des attentats mais qu’il avait finalement fait « machine arrière ».

Dans un entretien au quotidien belge Le Soir, Me Sven Mary a souligné que « la lecture d’une partie de l’audition de Salah Abdeslam en conférence de presse, constituait une violation ». Mais cette première attaque de la défense du djihadiste présumé a peu de chances d’aboutir, les codes de procédure pénale français et belge offrant des dérogations au secret de l’instruction.

Arrêté vendredi à Bruxelles après quatre mois de cavale, Salah Abdeslam est actuellement incarcéré dans la prison de haute sécurité de Bruges, dans le nord-ouest du pays.

Il doit comparaître mercredi devant la Chambre du conseil, une juridiction d’instruction belge qui statuera sur son maintien en détention.

La France réclame son transfert à Paris dans le cadre d’un mandat d’arrêt européen, une procédure qui doit déboucher sur une décision définitive dans un délai de 60 jours à compter de son arrestation, ou 90 jours s’il fait appel.

L’avocat de Salah Abdeslam estime que son client doit d’abord s’expliquer dans le cadre d’un dossier en Belgique et que sa remise à la France pourra être suspendue en attendant le développement de l’enquête en Belgique.

Le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders, a révélé qu’après les attentats de Paris, le jeune djihadiste âgé de 26 ans « était prêt à refaire quelque chose à Bruxelles », précisant que des armes et tout un nouveau réseau ayant été découvert autour de lui dans la capitale belge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.