France : Intensification des pourparlers pour l’achat d’Alstom

France : Intensification des pourparlers pour l’achat d’Alstom

Jeff-ImmeltLe président français François Hollande a reçu vendredi, les dirigeants de l’américain General Electric et Siemens-Mitsubishi pour discuter de leurs nouvelles offres successives pour l’achat des turbines à d’Alstom.
Pour cette étape décisive des négociations, le patron de General Electric Jeff Immelt ,a lui-même fait le déplacement à Paris avec dans ses bagages une nouvelle proposition de taille.
L’entreprise a annoncé par communiqué que son offre comptait désormais, en plus des 12.35 milliards d’euros en numéraires, la création de trois coentreprises à parité (turbines à vapeur, réseaux et énergies renouvelables) et la cession à Alstom de son activité de signalisation ferroviaire à Alstom de manière à renforcer le pôle transport du groupe industriel français. General Electric ajoute même une option de taille avec, dans leur alliance à 50-50 dans les turbines à vapeur qui équiperont les centrales nucléaires, la concession à l’Etat français d’un droit de veto dans le domaine de la sécurité et « des droits de gouvernance spécifiques ». General Electric prévoit également de localiser le siège de quatre activités en France à savoir les réseaux, l’éolien en mer, l’hydroélectrique et les turbines à vapeur. L’offre de General Electric expire le 23 juin.
Siemens-Mitsubishi aurait également revu à la hausse son offre de manière à contrer celle de General Electric. Le quotidien économique et financier français « Les Echos » a révélé que le tandem envisageait de faire passer son offre pour les turbines à gaz d’Alstom de 3.9 milliards d’euros à 4.3 milliards. Il propose également de regrouper les trois coentreprises qu’il proposait de constituer, en une seule avec différents niveaux de participation en une seule dont Alstom devrait détenir 60%.
François Hollande devait d’abord se réunir avec le Premier ministre Manuel Valls et les ministres de l’Economie Arnaud Montebourg et de l’Ecologie et de l’énergie Ségolène Royal, en vue de discuter et d’analyser les nouvelles offres, avant de recevoir successivement à l’Elysée les dirigeants de General Electric et de Siemens-Mitsubishi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *