France-Immigration: La gauche tente de corriger les bavures de la droite

Trois mois à peine après son arrivée au pouvoir à l’Elysée, l’équipe de François hollande est à pied d’œuvre pour réparer les dégâts commis par l’équipe sortante de Nicolas Sarkozy à l’égard des étrangers régulièrement établis en France. Il s’agit de rendre pluriannuel, le titre de séjour accordé à cette catégorie d’immigrés et de revoir les critères de naturalisation introduits par l’équipe de droite qui avait été vaincue aux élections de mai dernier.

Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault s’est prononcé mardi en faveur de telles mesures pour favoriser l’intégration pur l’attribution des étrangers en situation régulière en France, dans le cadre de la nouvelle politique migratoire de l’actuel gouvernement qui se veut « équilibrée ».
Le chef de l’exécutif déclare avoir demandé à son ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, de conduire une réflexion en ce sens, assurant lors d’une réunion avec les préfets à Paris, que la France « est un pays d’intégration ».
Cette réflexion devrait conduire à la création d’un titre de séjour pluriannuel dont la durée devrait passer d’un an actuellement à trois ans, afin, dit-il,  de « sécuriser les étrangers qui réunissent toutes les conditions pour séjourner légalement sur notre territoire ».
Ayrault a par ailleurs exprimé son soutien à la démarche du ministre de l’Intérieur, visant la révision des critères de naturalisation introduits « subrepticement » par son prédécesseur Claude Guéant, s’attirant ainsi la foudre de l’opposition de droite qui l’accusait de porter atteinte à la cohésion sociale.
« On ne peut pas d’un côté parler d’intégration et rendre encore plus compliqué l’accès à la nationalité de ceux qui le veulent », a expliqué Ayrault, précisant toutefois qu’il ne s’agit pas d’en faire un billet automatique, mais plutôt d’aider à la stabilité et de faire bien la différence entre tous ceux qui sont en situation irrégulière et ceux qui souhaitent vraiment s’intégrer et qu’il faut encourager. En même temps, le chef du gouvernement prône « fermeté et détermination » en matière de lutte contre l’immigration irrégulière et les filières de travail clandestin dans le respect des engagements internationaux de la France.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *