Syrie : combats et espoirs… diplomatiques

Les bombardements des troupes syriennes contre les quartiers rebelles et les dissidents armés se poursuivaient mardi, parallèlement aux efforts de l’émissaire onusien Kofi Annan. L’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe essaie de rapprocher la Russie et la Chine, fidèles alliés de Damas, du consensus international sur la Syrie. Après avoir longtemps opposé son veto au Conseil de sécurité contre toute résolution condamnant le régime de Damas, Pékin a enfin changé de ton.

La Chine a ainsi appelé « toutes les parties en Syrie à participer aux efforts de médiation » de Kofi Annan. L’ancien secrétaire général de l’ONU reconverti en diplomate, s’est d’abord rendu à Moscou où il a obtenu un soutien du président Medvedev pour son plan de paix en six points. Ce plan prévoit notamment un arrêt des violences par toutes les parties, l’acheminement de l’aide humanitaire et un rétablissement progressif de la confiance entre les protagonistes. Depuis un an d’affrontements, l’Observatoire syrien des droits de l’Homme dénombre plus de 10.000 morts.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *